ARGO

ARGO

je n’avais que 4 ans lors de ces évènements et autant dire que c’est avec plaisir que j’ai révisé mes classiques en histoire comtemporaine au sujet des problèmes du moyen orient.

Dans ce film, ben affleck remonte à l’origine de la montée en puissance du fondamentalisme isalamique.

Dés le début , l’ambassade des usa en iran est attaquée et envahie par la foule iranienne reprochant aux usa l’aide qu’ils avaient aporté au shah d’Iran .

Khomeney étant au gouvernement ,la haine envers « le grand satan américain » est alors en marche .

Six membres de l’ambassade parviennent à s’enfuir et se réfugient dans la maison de l’ambassadeur du canada mais il va falloir trouver une solution pour faire sortir ces personnes que je considère comme otages car s’ils sont retrouvés par la police ils seront excecutés à coup sur .

Aux usa ,la cia recrute un de ses meilleurs agents et fait une réunion : le directeur de la cia propose des solutions tellement abérentes que je me suis demandée si pour le coup ces gens avaient toute leur tete ou voulaient faire de l’humour : les faire évader à vélo sous la neige en plein hiver en pleine montagne par exemple ;ben affleck assommé par toutes ces propositions loufoques rentre chez lui et finit par trouver une idée de génie : faire passer les otages pour une équipe technique de cinéma chargé des repérages en vue d’un futur film en iran : reste à monter le projet et à convaincre la cia

le héros va trouver un scénariste qui a déjà travailé pour la cia et qui est en vue à hollywood puis il déniche le producteur qui croule sous les récompenses tout ayant un recul énorme sur le monde du spectacle et des paillettes et là on se doute bien que ben affleck règle ses comptes avec une partie du monde du show biz

Il y a cette phrase mémorable où on demande à l’un des trois protagonistes « pourquoi tourner en iran «  et : réponse : « mais hollywood vendrait bien un scénario à pol pot «  cette phrase montre jusqu’à quel point le monde du cinéma est capable de se compromettre;

on a aussi une séquence où pendant qu’une équipe de tournage dine à hollywood ,on parle à la télévision du sort des soixante otages restés dans l’ambassade ; cette scène est d’autant coup de poing qu’elle montre une telle opposition entre deux mondes que l’on n’a meme plus envie d’etre en colère, on reste juste sonné par ce sinistre décalage.

une fois que tout est réuni, l’équipe peut partir à téhéran et là commence une course contre la montre où l ‘on étouffe tout autant que les otages et où l’on se demande comment tout cela va finir .

Le film est très bien réalisé car Ben aflleck superpose images d’archives avec images du film .
hormis la vie des otages et l’aspect historique , on aussi voit aussi ce qu’est la vie d’un espion et sa grande solitude car il ne peut se confier à personne et en prime il ne sera pas aidé du tout par le gouvernement : il est prévenu d’avance

Si tout se passe bien le monde politique bouge en sous mains mais si ça tourne un peu mal ce meme monde retourne sa veste craignant un incident diplomatique et préférant sacrifier la vie de plusieurs personnes

Je ne vous dévoilerai pas la fin mais sachez que l’on ne connait le dénouement que dans les cinq dernières minutes et ne loupez la fin du générique car elle est importante .

J’ai réalisé avec effroi que cette histoire vraie n’était que le début de la montée de l’intégrisme islamique qui continue plus de trente aprés et on remplace des dictateurs par pire .

En résumé un excellent film qui a créé chez moi la surprise : d’une part je découvre ben affleck en tant que réalisateur et d’autre part en tant qu’acter car je ne l’avais jamais vu jouer et là il est remarquable : son film mériterait très sincèrement un oscar .

Published in: on 30 novembre 2012 at 14 h 46 min  Comments (4)  

SANS UN ADIEU

couverture

Aux Etats-Unis et en Australie, en 1960 et 1989 Laura Ayars et David Baskin, l’ancien top model devenue femme d’affaires et la superstar de l’équipe de basket de Boston : un couple béni des dieux ! Pour profiter de leur lune de miel à l’abri des regards, le couple part en Australie. Mais il suffit qu’ils se séparent quelques heures pour que la tragédie frappe… David disparaît, en laissant un simple mot :  » Je suis parti nager. N’oublie jamais que je t’aime…  » Mort par noyade : quand le verdict tombe, Laura … a du mal à y croire. Et quand quelques mois plus tard, un inconnu surgi de nulle part remplace David dans l’équipe des Celtics avec un jeu identique au sien, le doute s’insinue dans l’esprit de la jeune femme et sème le trouble parmi ses proches. Déterminée à découvrir la vérité, son enquête va emmener Laura plus loin qu’elle ne l’aurait jamais imaginé, trente ans plus tôt, sur les traces de ses propres parents, de leurs mensonges et de leurs crimes…Mais quelqu’un est prêt à tout pour empêcher le passé de resurgir, même à tuer…
MON AVIS :
C’est le tout premier livre d’Harlan Coben est de loin le meilleur .

Non seulement Laura la femme de David qui s’aperçoit bien qu’on lui cache la vérité, va tout faire pour mener son enquête , elle va recevoir tout comme le lecteur chocs sur chocs car il va s’avérer que sa famille a ourdi un sombre complot contre elle et son mari David .
Pourquoi?
Pour cela il faudra lire le livre où les personnages au fil des pages ont tous quelque chose à cacher , personne dans ce roman n’est blanc, tout le monde vit avec des remords et des regrets vieux de trente ans et quand on cherche à dissimuler une histoire de famille vieille de 30 ans cela fait plutôt mal quand cette dernière éclate et fait remonter les rancoeurs .
Tous les personnages sont à mes yeux des anti -héros dans le sens où ce n’est pas le héros qui sauve le monde et qui n’a vraiment rien à se reprocher ,on est vraiment loin de ce genre de clichés

On est très vite happé par cette histoire et on sombre dans la paranoia tout comme Laura qui ne sait plus faire confiance à personne et c’est bien compréhensible car effectivement tout le monde se met en travers de son chemin pour une vérité familliale tragique .

Le style de l’auteur est concis, ramassé , sombre il ne s’encombre pas de détails inutiles , le livre est très bien construit , d’une facilité déconcertante à lire et c’est cette particularité qui fait qu’on a plus qu’envie de lire ce livre le plus vite possible pour connaître la fin et savoir tout comme laura la vérité .
Vers la moitiédu livre je me suis déjà doutée d’un 1ersecret que je tairai pour ceux qui n ‘ont pas lu le livre mais le vrai tueur n’est connu que dans les toutes dernières pages du livre et on reste en état de choc à l’image de l’héroine Laura .
Tout le monde semble suspect dés le départ , j’ai fini par soupçonner même l’héroine puis je me suis dit « non c’est trop simple » et j’ai fait de meme avec tous les personnages sans voir qui pouvait être l’assasin !

Harlan coben s’attarde sur la psycohologie des personnage qu’il prend le temps de construire en profondeur et c’est ce qui fait que l’on vit que ce les personnages endure,

Alors il y a des personnes qui me disent «  Harlan Coben reprend toujours le meme thème réccurent : à savoir un personnage qui disparait entrainant avec lui de lourds secrets donc ça devient lassant » je ne suis pas d’accord car il le fait tellement bien et tout en gardant ce meme thème ,il se débrouille pour en faire une histoire tout à fait différente et palpitante qui vous empêche de dormir le soir donc chapeau bas et si «  sans un adieu » était son tout premier roman quel talent !
Pour moi c’est un grand auteur incontournable .

Published in: on 30 novembre 2012 at 14 h 40 min  Comments (3)  

BABYLON A.D

Dans un futur proche où le monde, ravagé par la guerre, est livré à l’anarchie, à l’anomie et aux intégrismes de tous ordres, un mafieux nommé Gorsky engage Hugo Cornelius Toorop, un mercenaire cynique et désabusé. Celui-ci devra escorter de la Russie à New York une jeune fille se prénommant Aurora pour la livrer aux mains d’une secte richissime. Mais au cours de leur périple, la jeune fille adopte un comportement de plus en plus étrange et Toorop en vient à soupçonner qu’elle cache un secret qui pourrait être un dangereux virus.
SOURCE : allocine,com

Que penser de ce film de Mathieu K assovitz que j’ai vu l’autre soir sur la tnt ?

Dés le début du film, le héros récupére la jeune fille dans une russie devenue barbare et que rien ne peut cautionner , ou règne une violence abbérante , une dictature sanginaire , mais en arrivant au Etats-Unis cela n’est guère mieux .

Dansce film c’est bien simple : tout est blanc ou tout est noir car aucun système n’est bon , la russie est mauvaise , lesU.S.A sont un mauvais système car trop capitalisme , la religion gouverne le monde d’où la naissance d’une montée d’intégrisme et il n’y a aucun juste milieu entre l’Amérique et la Russie l’Europe n’existe meme pas ! autant dire que le scénariste ne donne donc pas dans la demi mesure .et dans le final tout devient est noir :cela va plus vite car à travers ce film très sombre car plus rien ne peut etre cautionnable ,
Cependant on se laisse embarquer par l’histoire durant 1h30 , le réalisateur soulève de mutliples questions philosophiques voir existentielles car la réalision est excellente .

Mais les lesquestions que posent le film restent à mon goût trop en suspens .

«  le pacifisme est t’il bon? , doit on le cautionner car peut etre n’est t’il pas intelligent » ?
« non répond le mercenaire à le jeune fille qui sort du couvent car le pacifisme c’est de la » connerie on se fait flinguer » pour moi la réponse est réductrice cela manque de consistance !

« Le monde est trop capitalisme , ne faut il pas prendre partie en se révoltant » ? encore une fois cette question est posée vite fait et la seule solution est le soulèvement il n’y a aucun juste mileu encore une fois .

purquoi dieu à t’il créer un monde à son image aussi cruel si il est pure il aurait du créer un monde pure et donc les hommes auraient crées des choses complètement pure

alors beaucoup de gens se posent cette question mais là encore une fois la réponse est très enfantine et pas du tout détaillée et dévelloper et en prime on l’a survolle dommage c’était presque une question de philo .

à travers de film on retrouve des phrases assez simplistes «  dieu nous a fait à son image «  ok donc c’est un sacré connard » réflexion infantile meme si l’on n’est pas croyant franchement on dirait une mauvaise copie ou un mauvais brouillon !

le mercenaire «  merde je ne supporte plus la guerre , les humains sont mauvais »  en tant que spectatrice c’est un constat que je fais comme beaucoup de gens donc ce n’est pas la peine de mettre ce genre de phrases on sait que le monde est mauvais mais le scénario en rajoute des tonnes .

seule solution pour le héros tuer et se soulever contre toute forme de société qui n’est pas cautionnable , aucune religion n’est cautionnable puisqu’elle fait du mal bref je l’ai vite comprris : à travers 3 héros :le mercenaire , la jeune fille innocente qui sort du couvent et qui découvre le monde avec tereur et son accompagnatrice qui fait tampon entre les deux ,Mathieu K assovitz avec un discours très simpliste prône l’anarchie voire au delà quand on voit la fin du film que je tairais parce qu’elle est plus que surprenante et tellement alambiquée !

Je me dis qu’au final ce réalisateur n’est même pas anarchiste je pense qu’ilest plus qu’en colère totalement désabusé et cynique quand à ce monde .

Ce pendant on se laisse embarquer dans le film malgré le coté sombre car même les paysages tournés en Russie sont sombres : l’action se situe aussi souvent la nuit d’où une opression constante ,

la force du film réside dans une réalisation très soignée et un casting excellent: Mélanie Thierry en tête qui joue à merveille ,on retrouve Vin Diesel , Lambert Wilson , Charlotte Rampling , Gerard Dépardieu fait une courte apparition , bref un casting tres international pour un film Franco- Américain -Tchèque –

Alors aprés on aime ou on aime pas Mathieu K assovitz et c’est une chose, on accepte ou pas ses idées le film EST vraiment trop simpliste à mon goût dans le sens ou le réalisateur ne dévellope pas ses idées il veut faire passer un message mais il le fait très mal : il reste dans le vague .
Bref un film que je ne regarderai pas à nouveau il m’a fait passer un bon moment mais sans plus .
En fait le scénario n’étant pas excellent , tout repose sur une très bonne réalisition : c’est la seule chose qui sauve ce film : dommage !

Ce film est tiré d’un livre de Maurice G Dantec ! Babylon babies

Published in: on 19 novembre 2012 at 14 h 52 min  Comments (3)  

CHANSON DE NOVEMBRE

Je donne mon sourire
A ceux qui l’ont un jour volé
Je donne mon regard
A ceux qui l’ont rendu voilé
Je donne à ceux qui ne savent pas, que même en cendres
Ma bouche ou mes yeux ne sont à prendre

Je donne mon bonheur
A ceux qui l’ont toujours envié
Je donne mon courage
A tous ceux qui mon fait douter
Je donne à ceux qui ne savent pas, que même en cendres
Mon rire ou mon corps ne sont à vendre

Merci
Encore
D’avoir eu tous les torts
Merci
Encore
La rage me rend plus forte

Je tends les mains, les deux poings
A ceux qui les ont lié
Je tends mon coeur, mon honneur
Oubliés
Je donne aussi le temps passé à me défendre
Quant à l’amour, je sais très bien à qui le rendre

refrain

(Merci à ceux qui crachent là sur ma route
Merci à ceux qui gâchent et qui s’en foutent
Remercie même à genoux
Remercie même sous les coups)
parlores : yan guillon musique : emmanuel moire

Published in: on 19 novembre 2012 at 14 h 30 min  Comments (1)