CHANSON COUP DE COEUR

Quand toutes les passions viennent à s’éteindre trop tôt
Et que d’une chanson on en retient qu’un mot
Si je ne sais pas où je vais
Je sais ce que je laisserai

Quand tous les amours viennent à manquer de temps
Et que partout on court sans regarder devant
Malgré ce que l’on veut retenir
Il faut quand même partir

Tous les Ave Maria
Viennent bien assez tôt
Cet Ave Maria
Sera mon cadeau
Tous les Ave Maria
Arrivent tôt ou tard
Cet Ave Maria
Sonnera mon départ

Quand j’aurai fini d’imaginer demain
Et que j’aurai tout pris ou repoussé trop loin
Je ne sauverai aucun regret
De ce que j’ai ou pas fait

Même si la raison fait s’arrêter à temps
Il n’y a pas d’addition qu’on doive payer avant
Qu’on me laisse le choix de choisir
Et la façon de finir

Tous les Ave Maria
Viennent bien assez tôt
Cet Ave Maria
Sera mon cadeau
Tous les Ave Maria
Arrivent tôt ou tard
Cet Ave Maria
Sonnera mon départ

Quand toutes les passions viennent à s’éteindre trop tôt
Et que d’une chanson on en retient qu’un mot
Si je ne sais pas où je vais
Je sais ce que je laisserai
Ce que je laisserai

Published in: on 29 décembre 2013 at 14 h 45 min  Comments (2)  

ROSE RED

Rose_Red3

Le professeur en parapsychologie Joyce Reardon recrute six personnes chacune dotée d’un pouvoir paranormal : télékinésie , écriture automatique , voyance, medium, voyance tactile etc… afin de mener une expérience destinée à prouver que le manoir de Rose Red est vraiment hantée .

J’ai retrouvé cette mini série écrite pour la télévision par Stephen king dans un tiroir et c’est avec joie que j’ai regardé ces 2 volumes de 4h

Je découperais cette série en 3 parties

– la présentation des personnages qui dure 1h30
– l’exploration du manoir
-l’échappée de rose red

Stephen king dépeint à travers ses héros la société américaine tout en dénonçant ses dérives et ses excès ainsi on retrouve la mère abusive, le garçon frustré mal aimé et aigri , la bigotte, l’enfant qui a un don ,en l’occurence télékinésique et qui est autiste mais pour Stephen King la différence chez un enfant est une force et comme il raison !

Dés le début même si les héros sont juste présentés ,j’ai été happée par l’histoire car les personnages sont attachants , fouillés et celui d’Annie jeune ado autiste est extrêmement touchant : c’est sur elle que repose l’histoire .

On part au manoir de Rose Red avec ces 6 personnages et on vit avec eux : on est totalement à leur place , l’aventure , la terreur monte crescendo dans cette série ne nous laissant aucun répit et j’ai fini par me demander comment ils allaient s’en sortir : j’ai vraiment eu peur avec eux.

Stephen king joue avec nos nerfs et sur l’inconscient collectif , tout y passe !

la réalisation est soignée et ce qui m’a le plus marquée , c’est que l’on ne voit pas toujours certaines scènes d’horreur, mais on n’imagine que mieux ce qui arrive ;

Les fantômes , même si en apparence ils ne font pas peur , deviennent oppressants et cela est dû au souci de la réalisation , de la musique , de la manière dont ils surgissent et j’avoue avoir claqué des dents avant d’aller dormir ; j’ai eu le souffle coupé mais ce n’est que du bonheur de revoir ce trés bon , voire excellent Stephen King .

Tout comme les héros , on veut se sauver de Rose Red mais comment ?

Au final les 4h passent très vite et je fais une mention particulière aux comédiens : le casting est remarquable : j’ai retrouvé Emily Deschanels (Tempérance Brennan dans Bones ), Julian Sands, Matt kesslar (VOLTE FACE) , David Dukes malheureusement cet acteur décèdera durant le tournage d’un arrêt cardiaque et sera remplacé par un sosie .

Bref ,une histoire de Stephen king qui comme à son habitude ne déçoit pas , la Réalisation de Graig Barlery est extrêmement soignée, le tout est porté par d’excellents acteurs .

Je ne regrette qu’une seule chose : que Stephen King cette fois ci n’ait pas sorti le livre comme à son habitude .

La bande annonce est en Américain mais ça donne une idée de l’ambiance de la série

Published in: on 22 décembre 2013 at 19 h 24 min  Comments (3)  

A QUELQUES SECONDES PRES

mickey

À 16 ans, Mickey Bolitar a déjà vécu son lot de tragédies : la disparition de son père, les difficultés de sa mère à surmonter ce choc, l’installation chez son oncle Myron avec qui il ne s’entend pas.
Des questions sur le passé de ses parents et sur ce qui est vraiment arrivé à son père le taraudent. Et le cauchemar ne s’arrête pas là. Ce matin, ce sont les policiers qui le réveillent pour lui apprendre une terrible nouvelle : son amie Rachel a été prise dans une fusillade. Il doit absolument découvrir ce qui lui est arrivé. Pour cela, il peut compter sur le soutien de l’énigmatique Ema et du déjanté Spoon.
Comme son oncle Myron, Mickey ne renonce jamais quand il est question d’aider les siens, mais comment les protéger s’il ignore de qui et de quoi exactement ?

(fnac.com)

On retrouve avec plaisir le personnage de Mickey Bolitar toujours en mal de vivre et vivant chez son oncle Myron

Alors que notre héros se retrouve à peu prés une existence normale, sa vie bascule quand son amie Rachel est prise dans une fusillade: il enquête alors avec ses deux meilleurs amis Ema et Spoon tout en menant ses investigations , il en apprends plus sur la vie de son père et l’étrange femme « chauve souris  » qui en sait plus qu’elle ne veut bien le dire sur le passé du père de Mickey .

Deux histoires vont alors se lier jusqu’à un dénouement où l’on devine qu’une suite est en préparation car je rappelle que ce roman est déjà la suite dulivre  » A decouvert » d’Harlan Coben .

Si le final , en ce qui concerne la fusillade autour de la famille de Rachel , est assez prévisible ,j’ai lu ce livre avec énormément de plaisir car les héros sont très attachants : Ema : jeune gothique de 14 ans , mystérieuse et tout aussi perdue que Mickey est une jeune fille très sensible et son personnage est très fouillé dans ce volume au même titre que celui de « Spoon » jeune surdoué qui aide toujours Mickey .

Ces trois jeunes gens sont tous marginaux dans le lycée : Mickey n’a plus ses parents, Ema cache un lourd secret et son passé et « spoon » jugé trop intelligent est rejeté par les autres élèves.

La force du livre repose donc sur ses trois adolescents .

De plus dés le début du livre il y a de l’action , du suspense et j’ai été tenu en haleine tout au long de ce dernier .

Le roman se lit très rapidement , c’est court, concis et précis .
Harlan Coben n’arrive toujours pas à me décevoir et je n’ai qu’une hâte : savoir la suite des aventures de Mickey Bolitar .

Published in: on 18 décembre 2013 at 20 h 00 min  Comments (1)  

CHANSON COUP DE COEUR

Bien sur,
je connais tes plaies, tes blessures, cyanure
tes souvenirs ont la peau dure, fêlure
a chacun son chemin, chacun ses déchirures,
mais je les ressens comme toi

Fracture,
poussé seul sur un tas d’ordures, tortures
redouté d’être une imposture, froidure
qui nous gerce le coeur
et rouille les jointures
oui, je les ressens

Quand les larmes de l’enfance
toute la vie sont, murmures
ou sont l’épaule et les mots qui te rassurent
oui les armes de l’enfance
te font le cuir et l’armure
et assèchent les rivières
que tu pleurais hier

Griffure,
je lèches ta triste figure, morsure
ton sang et ses éclaboussures, roulure
les salauds qui peu a peu, nous ont à l’usure
oui je les ressens

Quand les larmes de l’enfance
toute la vie sont murmures
ou sont l’ epaule et les mots qui te rassurent
oui les armes de l’enfance
te font le cuir et l’armure
et assèchent les rivières
que tu pleurais hier

Bien sur,
je connais tes plaies, tes blessures, cyanure
tes souvenirs ont la peau dure, fêlure
a chacun son chemin, chacun ses déchirures,
mais je les ressens comme toi

Oui, je les ressens comme toi…
Oui, je les ressens comme toi
Ouais, je les ressens comme toi.

Paroles et musique : Etienne Daho

Published in: on 2 décembre 2013 at 14 h 03 min  Comments (1)  

AMERICAN HISTORY X

xl_american_history_x-affiche

Cela fait 3 fois que je vois ce film en 20 ans et chaque fois , je n’en ressors pas indemne.

ce film trés sombre est un plaidoyer pour la tolérance : il dénonce Le racisme et la bêtise humaine avec beaucoup de violence car le message doit passer : » en aucun cas la haine ne peut engendrer et cautionner la violence  »

Le film raconte le parcours de Derek : le frère ainé d’une famille au début aisée mais que l’on déteste surtout au début du film , car sombrant dans des idéaux nazis ,allant jusqu’à tuer de manière barbare 2 personnes de couleur; mais en prison il comprends ses erreurs ; petit à petit il essaye de de comprendre comment il a pu en arriver à faire basculer sa propre famille dans l’enfer car son frère  » Danny  » le narrateur de l’histoire  » (on entend sa voix off tout au long du film ) ,l’admire et veut suivre le modèle du grand frère mais dés sa sortie de prison Derek choisit de faire table rase du passé , sort son frère du gang nazi , ses anciens « amis  » vont alors devenir ses ennemis car on ne tourne pas le dos ainsi à un groupuscule nazi .

Le passé va alors ressurgir inéxorablement , le rattrapper: sa rédemption durement achetée durant son séjour en prison n’effacera pas son passé .

Le réalisateur nous fait bien comprendre que la peine de mort ne sert à rien car il y a bien pire dans les quartiers de haute sécurité .

Malgré la volonté de Derek d’aller jusqu’à essayer de faire tomber un chef nazi , de sortir sa famille qui a sombré : car sa mère ne se remet pas de ce qui est arrivé à son fils ainé et elle ne peut plus travailler et la famille a sombré dans la misère .

Au moment ou l’on pense que le cauchemar est fini, tout reccomence car selon le réalisateur : y ‘a t’il une fin à la violence raciale ?et cela des 2 côtés .

La réalisation est tellement parfaite que l’intensité de la violence s’accroit avec le ralenti des images les plus dures , la musique aussi est ralentie , il y a aussi toutes les parties en noir et blanc quand Danny raconte comment son frère s’est fait embrigader , tout ce qui est glauque devient alors très pesant .

Le titre du film le résume trés bien car au final on assite terrifié au naufrage d’une famille ordinaire dans une Amérique ordinaire : Le réalisateur dépeint la vie d’une famille banale sans histoire qui parce qu’un jour , le père est assassiné , sombre sans grand espoir de retour .

la fin toujours avec la voix off de Danny laisse un espoir  » ne pas éprouver de haine  » ce qui est très difficile car la fin de ce film est effroyable et justement on ressent de la haine et surtout de la colère ,pourtant le message est clair il ne faut pas en ressentir si on veut changer le cours des choses et ne pas etre condamné à errer dans un enfer sur terre comme Derek Vyniard

Je voudrais saluer la prestation d’ Edward Norton ( Derek ) et D’Edward Furlong (Danny) .

Je déplore le fait que ce film ait si peu fait parler de lui lors de sa sa sortie car il est d’utilité publique .

Published in: on 2 décembre 2013 at 13 h 58 min  Comments (3)