MISSION CONTROL

Enfin David Hallyday revient avec un nouvel album mais pour ce dernier il a choisi d’innover et de fonder un groupe dont il est le leader « Mission control  »

Cet album est en Anglais et le premier extrait  » The Rising » est une vraie réussite .

Ce titre est le générique d’une nouvelle émission de M6 : » Rising Star » , David fera en effet partie du jury de ce nouveau télé-crochet dés le mois de septembre .

Je vous laisse avec la vidéo qui sert pour l’instant de clip

Published in: on 28 juillet 2014 at 19 h 14 min  Comments (2)  

ATLANTIS

513GOiBlc4L._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX342_SY445_CR,0,0,342,445_SH20_OU08_

J’ai découvert ce livre par hasard ainsi que son auteur : David Gibbins.

J’ai décidé de le lire car il parlait d’archéologie avant tout .

En effet l’archéologue Jack Howard découvre un disque en or qui serait la clef de l’Atlantide ; pendant ce temps le professeur Hiebermeyer retrouve un papyrus prouvant l’existence de ce continent.

Le livre, malgré un sujet palpitant, peine à décoller et je ne suis  » rentrée dedans  » qu’à la 50ème page: je pense que la traduction y est pour beaucoup, cependant, une fois accrochée à l’histoire, je n’ai plus pu lâcher cette dernière : il y a le thème archéologique doublé d’une intrigue policière et d’espionnage, ainsi on est transporté dans l’Antiquité , en Egypte , en Turquie à travers diverses périodes de l’histoire.

L’auteur à fait des recherches approfondies et pointues au niveau historique? ce qui m’a passionnée .

Ainsi, on découvre la vie des archéologues et l’envers du décor, les enjeux politiques quant à une grande découverte archéologique.

Les héros sont très attachants, sans être  » tout noirs ou tout blancs  » .

Le suspense monte crescendo jusqu’à un dénouement auquel je ne m’attendais pas.

Grace à David Gibbins,j’ai eu envie de lire et de relire des « policiers historiques »

j’ai aussi hâte de lire les autres aventures de l’archéologue Jack Howard rapidement .

Published in: on 15 juillet 2014 at 16 h 30 min  Comments (1)  

TRANCENDANCE

1899877_746868065333868_535401008_n

Johnny Deep interprète à merveille un savant : le Docteur Will Caster qui ne pense qu’au bien de l’humanité en créant une intelligence artificielle tout en voulant intégrer un être humain à un ordinateur, en effet il est persuadé qu’il pourrra ainsi guérir des maladies , recréer des climats ou encore des espèces disparues.

Lorsqu’un commando anti technologies tue Caster , ce dernier avant de mourir, décide qu’il vivra à travers l’ordinateur afin de « transcender » son esprit et de contrôler les réseaux liés à l’internet ; sa femme Evelyn décide alors de continuer l’oeuvre de son mari et de le faire vivre pour l’éternité .

L’ordinateur va alors se développer et grandir sans fin touchant tous les êtres humains en réseau tel un virus , petit à petit l’esprit du savant disparait laissant place à un monde virtuel qui va perdrepeu à peu toute forme de conscience et d’humanité et qui va se propagager comme un virus .

On comprend tout de suite que le réalisateur pointe du doigt le danger des réseaux sociaux .

Mais le plus surprenant dans ce film c’est que l’on est tantôt d’accord avec les membres des commandos en se disant qu’effectivement « oui il y a un danger à créer une telle intelligence qui ne sera pas maîtrisée engendrant catastrophe et désolation  » tantôt on se retrouve du coté de ce savant qui ne voulait que le bien de l’humanité donc on se pose constamment des questions et au final, on se rend compte que rien n’est simple car on ne peut pas se contenter de répondre par la négation ou l’affirmative à la question  » doit on continuer à dévellopper des technologies de plus en plus perfectionnées ou tout arrêter  »

J’ai justement apprécié le juste milieu dans ce film et les avis ne sont ni tranchés ni bornés .

La question de l’homme qui dépasse Dieu est aussi abordée là encore ,et à nous au final après avoir vu le film de choisir : le réalisateur montre ce qui peut arriver sans faire une morale de sacristain .

J’ai retrouve Morgan Freeman avec plaisir dans le rôle de Joseph Tagger qui travaille pour le gouvernement et qui va tenter d’éradiquer cette entité virtuelle même si il est très proche de Caster et de sa femme .

Seul bémol dans ce film : certaines scènes sont des » copiés collés » d’autres films : ainsi on retrouve une course poursuite très  » Terminator  » , des scènes de Matrix et surtout d’emblée en voyant le film j’ai pensé au  » cobaye  » de Stephen King donc on a parfois l’impression que le réalisateur : Wally Pfister est à court d’idées en ce sens, c’est dommage cependant j’ai pris plaisir à voir ce film qui dure plus de 2h sans m’ennuyer le tout en 3 D

Published in: on 14 juillet 2014 at 16 h 38 min  Comments (4)  

MAPS TO THE STARS

blog2

A travers ce film , David Cronenberg dénonce les travers et la perversité du milieu du show bizz Hollywodien.

Durant 2 heures, on suit la vie de deux familles qui semblent n’avoir rien en commun: celle de l’actrice Havanah sur le déclin qui essaye désespérement de revenir au premier plan et celle d’un ex enfant star de 13 ans qui a sombré dans la drogue , la violence et la mégalomanie.Pourtant ils ont un point commun : en effet le père de Ben est psy et il coache Havanah , cette dernière embauche Agathe, une jeune fille mystérieuse qui a des marques de brûlures à la figure : cette dernière tombera sous le charme d’un chauffeur de limousine qui rêve d’être acteur .

Qui est cette mystérieuse jeune fille au comportement étrange?

Dés le début, on se demande ce que cherche Agathe en devenant assistante de Havanah et on se doute qu’elle cache un lourd secret .

David Cronenberg règle ses comptes à travers ce film violent qui « sent le vécu » .

Le langage est trés cru , pour mieux mettre en évidence la débauche du milieu hollywodien où seule l’apparence compte mais derrière le vernis apparaît alors la méchanceté , les ambitions dévorantes , l’arrivisme et le refus de la part de tous les protagonistes de ne plus être au sommet .

Enfin le réalisateur aborde l’inceste, la souffrance mentale, la plongée dans l’enfer des médicaments pour combler le vide, la solitude, l’addiction au sexe , la folie et les hallucinations .

La violence est continue tant verbale que physique, cependant elle est hélas nécessaire pour mettre en relief la cruauté de ce milieu où tous vivent sur le fil du rasoir .

Le film est une vraie réussite car , à travers certains dialogues, on comprend que Cronenberg a dû s’inspirer de la vie de certaines stars comme Drew Barrymore, ex enfant star de ET et il dénonce aussi les excès des parents qui poussent toujours leurs enfants à mettre la barre plus haut .

Quant au personnage de Havanah , on pense alors à beaucoup d’actrices ayant la cinquantaine et qui font tout pour ne pas être oubliées .

Les personnages sont pathétiques , fades, sombres et tourmentés .

L’exploit du film réside dans le fait de que l’on n a absolument pas pitié de ces gens du fait qu’ils sont totalement odieux et  » border line » .

Seule Agathe fascine et intrigue et c’est l’ unique personnage qui apporte un vent de fraîcheur .

Les acteurs réussissent des prouesses : Julianne Moore en tête qui a bien mérité son prix d’interprétation à Cannes puis Robert Patinson, très loin de l’univers de twillight, et que l’on prend plaisir à revoir après Cosmopolis .

Published in: on 12 juillet 2014 at 13 h 41 min  Comments (5)