CHANSON COUP DE COEUR

Bien sur,
je connais tes plaies, tes blessures, cyanure
tes souvenirs ont la peau dure, fêlure
a chacun son chemin, chacun ses déchirures,
mais je les ressens comme toi

Fracture,
poussé seul sur un tas d’ordures, tortures
redouté d’être une imposture, froidure
qui nous gerce le coeur
et rouille les jointures
oui, je les ressens

Quand les larmes de l’enfance
toute la vie sont, murmures
ou sont l’épaule et les mots qui te rassurent
oui les armes de l’enfance
te font le cuir et l’armure
et assèchent les rivières
que tu pleurais hier

Griffure,
je lèches ta triste figure, morsure
ton sang et ses éclaboussures, roulure
les salauds qui peu a peu, nous ont à l’usure
oui je les ressens

Quand les larmes de l’enfance
toute la vie sont murmures
ou sont l’ epaule et les mots qui te rassurent
oui les armes de l’enfance
te font le cuir et l’armure
et assèchent les rivières
que tu pleurais hier

Bien sur,
je connais tes plaies, tes blessures, cyanure
tes souvenirs ont la peau dure, fêlure
a chacun son chemin, chacun ses déchirures,
mais je les ressens comme toi

Oui, je les ressens comme toi…
Oui, je les ressens comme toi
Ouais, je les ressens comme toi.

Paroles et musique : Etienne Daho

Publicités
Published in: on 2 décembre 2013 at 14 h 03 min  Comments (1)  

AMERICAN HISTORY X

xl_american_history_x-affiche

Cela fait 3 fois que je vois ce film en 20 ans et chaque fois , je n’en ressors pas indemne.

ce film trés sombre est un plaidoyer pour la tolérance : il dénonce Le racisme et la bêtise humaine avec beaucoup de violence car le message doit passer : » en aucun cas la haine ne peut engendrer et cautionner la violence  »

Le film raconte le parcours de Derek : le frère ainé d’une famille au début aisée mais que l’on déteste surtout au début du film , car sombrant dans des idéaux nazis ,allant jusqu’à tuer de manière barbare 2 personnes de couleur; mais en prison il comprends ses erreurs ; petit à petit il essaye de de comprendre comment il a pu en arriver à faire basculer sa propre famille dans l’enfer car son frère  » Danny  » le narrateur de l’histoire  » (on entend sa voix off tout au long du film ) ,l’admire et veut suivre le modèle du grand frère mais dés sa sortie de prison Derek choisit de faire table rase du passé , sort son frère du gang nazi , ses anciens « amis  » vont alors devenir ses ennemis car on ne tourne pas le dos ainsi à un groupuscule nazi .

Le passé va alors ressurgir inéxorablement , le rattrapper: sa rédemption durement achetée durant son séjour en prison n’effacera pas son passé .

Le réalisateur nous fait bien comprendre que la peine de mort ne sert à rien car il y a bien pire dans les quartiers de haute sécurité .

Malgré la volonté de Derek d’aller jusqu’à essayer de faire tomber un chef nazi , de sortir sa famille qui a sombré : car sa mère ne se remet pas de ce qui est arrivé à son fils ainé et elle ne peut plus travailler et la famille a sombré dans la misère .

Au moment ou l’on pense que le cauchemar est fini, tout reccomence car selon le réalisateur : y ‘a t’il une fin à la violence raciale ?et cela des 2 côtés .

La réalisation est tellement parfaite que l’intensité de la violence s’accroit avec le ralenti des images les plus dures , la musique aussi est ralentie , il y a aussi toutes les parties en noir et blanc quand Danny raconte comment son frère s’est fait embrigader , tout ce qui est glauque devient alors très pesant .

Le titre du film le résume trés bien car au final on assite terrifié au naufrage d’une famille ordinaire dans une Amérique ordinaire : Le réalisateur dépeint la vie d’une famille banale sans histoire qui parce qu’un jour , le père est assassiné , sombre sans grand espoir de retour .

la fin toujours avec la voix off de Danny laisse un espoir  » ne pas éprouver de haine  » ce qui est très difficile car la fin de ce film est effroyable et justement on ressent de la haine et surtout de la colère ,pourtant le message est clair il ne faut pas en ressentir si on veut changer le cours des choses et ne pas etre condamné à errer dans un enfer sur terre comme Derek Vyniard

Je voudrais saluer la prestation d’ Edward Norton ( Derek ) et D’Edward Furlong (Danny) .

Je déplore le fait que ce film ait si peu fait parler de lui lors de sa sa sortie car il est d’utilité publique .

Published in: on 2 décembre 2013 at 13 h 58 min  Comments (3)  

BRICE CONRAD

j’ai découvert très tardivement cet artiste en tombant un jour sur le clip de la chanson Lea (figurant sur mon blog)

Son album « la nuit bleue  » est sorti depuis un an

pochette brice conrad

J’ai du entendre 1 ou deux fois l’extrait « les fleurs du mal  »


La voix, les paroles et le clip m’avaient déjà interpellée puis je n’ai plus entendu parler de lui , pourtant je ne vis pas sur la lune .

Alors que Brice Conrad était à l’Olympia le weekend dernier , je découvre ses chansons avec bonheur sur Deezer et je visionne ses clips sur « youtube » .

Je tombe alors sous le charme de sa voix paradoxalement rocailleuse mais aux timbres aigus .

Je suis touchée par la sensibilité à fleur de peau de l’artiste en mal de vivre comme en en témoignent se chansons .

Il y a beaucoup d’intensité dans sa voix , qui me bouleverse à chaque fois et les textes sont très travaillés et extremement poétiques et touchants

Je craque pour la chanson « songe  » encore très sombre mais qui donne toutefois envie de bouger .

Les versions acoustiques de l’album sont magnifiques : l’artiste ne se contente pas de gratouiller sa guitare, il sait jouer pour mon plus grand bonheur .

Bref j’adore sa voix, son univers .

Nominé deux fois aux NJR Music Awards , il mériterait de reparpir avec les récompenses c’est donc pour moi un artiste à découvrir ou a redécouvrir : Je lui souhaite une longe route dans ce métier .

Je vous laisse avec un des premiers extraits de cet album « oh la  »

Published in: on 20 novembre 2013 at 17 h 44 min  Comments (2)  

GRAVITY

gravity

Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas vu un aussi bon film .

D’emblée on se retrouve à la place des héros dans l’espace , en apesanteur en prime avec la 3 D , j’ai vraiment eu la sensation d’être à la dérive , à l’extérieure d’une station orbitale , lorsque la catastrophe arrive : la station est détruite par les débris d’un satellite russe abattu par des missiles .

Durant 1 h 30 , on cherche , tels les astronautes , à survivre et à essayer de trouver un moyen de regagner la terre .

Les effets de la peur , du suspense sont renforcés par l’absence de son : en effet il n’y en a quasiment pas dans ce film : le réalisateur a voulu rendre l’espace le plus véridique possible : sans atmosphère il n’y a aucun son , juste le bruit unique de l’espace parfaitement reproduit .

Les décors sont splendides , les détails sur l’univers des cosmonautes et la technologie spatiale sont nombreux et extremements détaillés .

Je me suis paradoxalement retrouvée dans un huit clos car durant toute la durée du film , on suit le parcours des 2 cosmonautes :

qui sont trés attachants : l’un est sur de lui , l’autre doute, il y a donc une grande complémentarité ;

J’ai pris plaisir à retrouver Sandra Bullock dans un grand rôle : c’est une très grande artiste ;

Georges clooney est aussi excellent

De part le souci de reproduction des moindres détails spaciaux , ce film mérite vraiment des récompenses .

Le réalisateur : a rendu ce film vraiment authentique, par moment on doute même que ce soit des décors que l’on voit à l’écran .

Quand l’héroine étouffe dans son casque et que l’on entend juste le bruit de sa respiration haletante, on est totelemnet à sa place .

La réalisation est soignée car l’histoire en elle même est simple : Gravity atteint la perfection les 1h 30 sont bien trop courtes .

Je voudrais aussi rendre hommage à tous les cosmonautes qui à mes yeux font preuve de courage exemplaire : pour moi, ce sont de vrais héros et pour le coup ce mot prend enfin tout son sens à travers ce film .

Je n’ai qu’une hate : revoir ce film à sa sortie en DVD.

Published in: on 17 novembre 2013 at 14 h 20 min  Comments (4)  

LE MAJORDOME

le majordome blog

Le jeune Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C’est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.

À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l’évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l’assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des « Black Panthers », de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate jusqu’à l’election de Barak Obama

Source : allocine.com

j’avais peur de m’ennuyer en voyant que ce film durait 2 h 16 mais l’histoire est bien emmenée .

Le réalisateur: Lee Daniels survole le côté historique en ne gardant que les points forts et essentiels on part ainsi de 1928 ou un enfant noir , esclave, dans une plantation de coton , pour arriver à l’élection de Barack Obama premier président noir des USA c’est dire le chemin parcouru par le peuple noir et cela le réalisateur le montre de deux manières :grâce à la vision du Majordome qui s’élève dans l’échelle sociale et grâce à sa diplomatie, son écoute et son envie d’apprendre et de s’en sortir .

Son fils ainé , lui , va se révolter en rentrant dans la violence : on a donc deux points de vues trés interessants : lequel des 2 l’emporte ? Faut t’il un compromis entre le calme et la révolte ?

cela le film nous le raconte avec finesse ; on parcourt 30 ans d’histoire avec des évènements dramatiques (qui s’enchainent pour le peuple noir) avec le point de vue de l’intérieur puisque le Majordome travaille à la Maison Blanche: Pour ma part il vit les évènements de l’intéerieur de manière passive tout en sachant à l’avance par les présidents qui se confient à lui les évènements .

Le fils lui est plus sur le terrain et je trouve que là on voit mieux les choses : c’est sans doute le moyen que trouve le réalisateur pour faire passer un message d’espoir et on révise avec plaisir cette page de l’histoire qu’il ne faut pas oublier .

Seul bémol pour moi : les présidents sont de vrais caricatures hormis Robbin Williams en Eisenhower qui réalise une prouesse, les autres présidents sont fort mal présentés et surjoues .

Je salue les acteurs remarquables : Forrest Withaker qui campe de manière magistrale un Majordome parfait .

Autre surprise du casting à mes yeux : Lenny Kravitz qui joue très bien mais pour qui une fois m’a fait oublier un chanteur que je n’aime point (chacun ses touts ) et là j’avoue : quelle classe et quel bon acteur .

Oprah Winfrey nous campe une femme de caractère en interprétant l’épouse du Majordome .
Je retiens aussi les performances de John Cusack , Bridjet FOnda .

J’espère des oscars pour ce film surtout au niveau des interprétations

Published in: on 17 novembre 2013 at 13 h 04 min  Comments (3)  

INFERNO

inferno

Robert Langdon se réveille en pleine nuit à l’hôpital, amnésique . Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Il ignore pourquoi il se retrouve à Florence et d’où provient l’objet que les médecins ont découvert dans ses affaires. Un rêve tourmente son esprit, celui d’une vieille femme voilée portant au cou une amulette et se trouvant au bord d’un lac rouge de sang empli de moribonds : « Cherchez et vous trouverez … le temps presse ». Qu’est-ce que Langdon devra chercher ? Et pourquoi lui reste t-il si peu de temps ? Y aurait t-il un compte à rebours qui s’est mis en marche ?
Accueilli par la doctoresse anglaise Sienna Brooks , il va tenter avec elle de savoir ce qui a pu lui arriver.

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce livre : pourtant d’emblée il y a de l’action et du suspense donc je me suis demandée pourquoi je n’arrivais pas à rentrer dans ce livre dont le style litteraire semble mal choisi , les tournures de phrases sont mal construites ce qui me surprend de la part de Dan Brown , je pense plutot que le livre est mal traduit ce qui est fort dommage.

Une fois rentrée dans le livre , l’intrigue reste palpitante , on est pris dans un jeu de piste, on n’a plus qu’une envie: avoir la clef de l’égnime .

L’histoire est renforcée par le coté historique puisque Dan Brown a choisi cette fois ci Dante comme support historique et on apprend sur lui moult détails interessants .

De plus l’action se déroule à Florence et à Venise et c’est avec bonheur que j’ai revisité Florence .

En revanche il y a trop de détails inutiles sur lesquels l’auteur s’attarde et ce roman de 576 pages aurait pu tenir en 350 pages .

Cependant Inferno reste un bon roman mêlant habilement enquete policière , jeux de pistes et histoire .

Une fois rentrée dans le livre , je n’avais qu’une hâte :savoir la fin cependant une mauvaise traduction fait qu’ Inferno reste en dessous du Da vinci code et de anges et démons .

Une nouvelle fois Ron howard prépare l’adaptation cinématographique d’Inferno.

Published in: on 24 octobre 2013 at 14 h 15 min  Laisser un commentaire  

THE CROW :STAIRWAY TO HEAVEN

Cette série fantastique reprend le thème du film du même nom avec Brandon Lee .

Eric Draven incarné par MarK Dacascos revient d’entre les morts venger son meurtre ainsi que celui de sa fiancée Shelly Webster .

Dans le premier épisode Eric aidé par un jeune policer : Darryl retrouve ses meurtriers mais il ne parvient pas pour autant à retrouver le royaume des morts et reste donc coincé sur terre.

On retrouve aussi tous les ingrédients qui ont fait la force des films inspirés par les comics de James o’ Barr : le maquillage d’Eric , les chorégraphies de combats , le corbeau qui le guide toujours vers l’endroit ou il doit aller .

Tout au long de la série il déjouera d’autres pièges et arretera des meurtriers avec l’aide de Darryl : les deux hommes vont nouer une amitié ,ils sont trés complémentaires , Darryl est toujours sceptique quant au retour de Draven ce qui vaut des répliques et des scènes cocasses .

On retrouve aussi la jeune Sarah interprétée par Kathie Suart: le rapport entre cette adolescente rebelle et délurée et Eric est aussi pour beaucoup dans le succès de la série .

MarK Dacascos campe un corbeau digne de ses prédécesseurs : Brandon Lee , Vincent Perez .
Cet acteur d’origine Hawaienne que l’on a pu voir dans « le pacte des loups  » joue formidablement bien .

Il y a beaucoup d’humour dans ce feuilleton , heureusement car le sujet est dur , la dérision aide à faire passer l’idée de mort omniprésente .

Il est fort dommage qu’il n’y ait qu’une saison de 18 épisodes à cette série stoppée en pleine audience : dommage car il y avait fort à faire et à creuser en matière de scénarios fantastiques .

Published in: on 21 octobre 2013 at 14 h 39 min  Comments (2)  

CHANSON COUP DE COEUR

Coup de coeur pour la voix de ce chanteur , pour la mélodie, les paroles et coup de coeur pour ce trés beau clip .

Published in: on 20 octobre 2013 at 14 h 09 min  Comments (2)  

THE WAY

145381

Ce film a été un choc tant sur le plan émotionnel que philosophique .

Je connaissais Emilio Estevez l’acteur mais le réalisateur s’avère être un véritable génie , dans son genre il excelle.

Il fallait déjà oser faire un film sur le thème de St Jacques de Compostelle .
Au delà il y a l’histoire d’un père qui perd son fils , joué par Emilio Estevez lui même , qui se remet en question et qui veut faire le chemin pas tant en mémoire de son fils mais aussi pour lui .

Tout au long de ce voyage initiatique il va croiser des compagnons de route qui vont lui permettre de se trouver , de répondre à des questions qui sont aux plus profond de lui .

Ces compagnons de route vont tous trouver aussi des réponses à leurs existences qui sont en apparence futiles mais rien n’est futile dans la vie : tous font ce chemin et sont tellement différents là aussi emilio Estevez frappe fort car ne font pas le Chemin que des gens croyants .

« El camino » est avant tout un chemin que fait chacun intérieurement

Le chemin est fait pour nos antis héros de doutes ,de blessures qui se rouvrent , et de vérités qui font mal .

Martin Sheen en père endeuillé et bougon est époustouflant, je le savais grand acteur mais encore une fois il me surprend et filmé par son propre fils, le film prend d’autant plus d’ampleur .

On rit aussi beaucoup dans ce film , c’est une des forces de ce dernier car il y a des histoires humaines tristes , des vies en phase de reconstruction et même des situations cocasses et des répliques drôles et donc faire rire relève de la prouesse .

Martin Sheen porte le film sur ses épaules surtout dans la première partie ou il est seul , petit à petit il va se laisser apprivoiser par les autres .

On apprend aussi beaucoup historiquement , j’ai apprécié les paysages de l’Espagne , des Pyrénées Françaises .

Ce film de 2h est une vraie leçon d’humanité , on ressort en croyant à la vie et en ses détours malheureux .

Emilio Estevez a su aussi mélanger les civilisations en faisant se croiser un Américain, un Irlandais , une Canadienne et un Hollandais ..

Les acteurs jouent tous fabuleusement bien et chose rare par les temps qui courent ,Emilio Estivez a payé le film de sa poche et Martin Sheen n’a pris aucun cachet ;le film fut dur à sortir pour des raisons financières et personne ne croyait en ce genre de film ce qui fait que du coup la production est Espagnole ,les américains ayant été réticents.

Ce film est produit par Martin Sheen , Janet Templeton (son épouse et mère d’Emilio ) c’est donc une aventure familiale qu’Emilio Estevez a su filmer avec brio .

Je n’ai qu’une envie : lire le livre avant de revoir le film en DVD

Published in: on 20 octobre 2013 at 14 h 04 min  Comments (4)  

WHITE HOUSE DOWN

21017526_20130731153915065.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

SYNOPSIS

Membre de la police du Capitole, John Cale vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis. Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène alors visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille ainsi que le président des Etats-Unis .

MON AVIS :
Au début , j’ai hésité à aller voir ce film car je trouvais l’histoire trop légère mais au final ce film a été une très bonne surprise .

En effet l’histoire se révèle être subtile : au delà d’une simple prise d’otages il y a les liens décrits entre un père de famille divorcé et sa fille surdouée : a deux tout au long du film , ils vont enfin se trouver .

Le réalisateur :Roland Emmerich aurait pu se contenter de décrire les Etats -Unis une fois de plus attaqués par le moyen orient mais il ne s’enferme pas dans ce cliché , trouvant pour son scénario un autre prétexte qui va mener à cette prise d’otage plongeant les USA dans la terreur .

Il y a de l’action et j’ai beaucoup apprécié l’aspect humoristique car on rit souvent dans ce film .

Les acteurs sont parfaits surtout Jamie fox dans le rôle du président Obama . J’ai retrouvé Channing Tatum que j’avais vu dans « l’aigle de la neuvième légion » et qui joue aussi à la perfection , une mention spéciale à la jeune actrice , Joey King , qui tient le rôle d’Emily Cale .

J’ai aussi eu la joie de revoir dans un grand rôle James Woods :toujours très grand acteur .

La réalisation est soignée ce qui fait que l’on passe 2h17 sans s’ennuyer me disant même  » c’est déjà fini  » .

Je tiens aussi à rajouter que j’ai beaucoup apprécié le coté historique des Etats -Unis : il y a certains éléments que je ne connaissais pas et une petite leçon d’histoire ne fait jamais de mal .

Published in: on 17 septembre 2013 at 14 h 40 min  Comments (2)